.. Dénuée .. ♥

365 jours, lundi 11 Mai 2020.

Premier jour d’activité depuis un mois et demi.

Il est 9 heures, j’ai parfois du mal à en reconnaître certain(e)s.

Le masque filtre tellement les traits, quelques uns ont toujours leurs yeux rieurs, d’autres beaucoup moins.

Tout le monde n’a pas « envie » de mettre son masque :

J’ai du mal à respirer avec & puis ça fait de la buée sur mes lunettes.

On a aussi la version du fameux masque que l’on glisse sur son menton quand on a le souhait de faire une « pause ».

Le virus, lui, je ne suis pas sûr qu’il se mette sur pause.

Encore moins avec ces façons de faire & de vivre.

Rien de bien rassurant tout ça.

On essaie de disposer les tabourets autour de la table à un mètre de distance.

On est 22 au total.

Mission impossible.

On tente d’échanger des idées, d’adapter les locaux, faire ce que l’on peut avec ce que l’on a.

On évoque mon cas, j’accompagne une petite qui est collée à moi toute la matinée & qui passe son temps les doigts dans la bouche.

Tout le monde sait qu’elle ADORE me toucher !

Alors on me déniche une blouse.

Ma deuxième peau, pas une sur blouse, non, la blouse blanche de l’infirmière, mais un poil plus branchée avec ses traces de peinture colorée.

Demain on accueille les enfants, masque & visière sur le nez, ça risque de leur faire un drôle d’effet.

On a beau avoir tout un tas d’accessoire pour mener à bien ce retour à la vie, je me sens dénudée, disons les choses je me sens « à poil ».

Face à ses réactions aujourd’hui, face à ces différentes façons de penser ou d’imaginer le métier, je ne me sens pas très armée.

En rentrant ce soir je me suis sentie vidée.

Comme une pression que je me suis mise toute la journée, faire attention à ci, faire comme ça.

Tout un tas de questions dans ma tête, toutes ces personnes vue en une seule fois alors que durant presque deux mois je n’ai fréquenté quasi que moi.

Ce soir je me sens fatiguée, ma tête, par le bruit & les sollicitations en tout genre, mon corps de s’être crispé sans s’en rendre compte.

Et puis en fait, je trouve juste tout ça dénué de sens.

J’ai déjà du mal à comprendre le sens des choses & de la vie.

Mais là..

J’y vois pas d’intérêt.

Ce soir je suis dénuée.

Je comprenais aussi que c’est dans le dénuement que l’on sent tout le prix des choses les plus simples & combien leur absence nous appauvrit.

 

 

 

Un mot doux ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s